• Régime spécial diverticulose et diverticulite

     

     


     
       

     

                                     LA DIVERTICULOSE ET LA DIVERTICULITE                            

    • Qu’est-ce que la diverticulose et la diverticulite?
    • Quels sont les symptômes?
    • Qui sont les personnes à risque?
    • Quels sont les facteurs de risque?

    >>> Des réponses à ces questions dans notre fiche Diverticulite.

     

     

    Cette fiche présente 2 diètes :

    • Diète pour diverticulose. Cette diète doit être suivie de façon régulière afin de prévenir les inflammations et empêcher l'apparition de la diverticulite.
    • Diète pour diverticulite. Cette diète vise à faire disparaître l'inflammation et à permettre à la personne d’avoir de nouveau une alimentation diversifiée et complète.

    Note. Les recommandations qui suivent conviennent aussi pour la constipation.

    Recommandations générales (diverticulose)

    Pour connaître votre apport actuel en fibres, faites notre test Avez-vous une alimentation riche en fibres?.

    • Augmenter graduellement l’apport en fibres alimentaires.
    • Réduire la consommation de produits céréaliers raffinés.
    • Boire suffisamment.
    • Manger moins de viande et de matières grasses.
    • Consommer des probiotiques.
    • Faire régulièrement de l’activité physique.
    • Avoir de bonnes habitudes d’élimination.
    • Bien mastiquer.

    Augmenter graduellement l’apport en fibres

    Le manque de fibres alimentaires nuit au transit intestinal. Cela augmente la pression sur les parois du côlon1 et nuit à l'équilibre de la flore intestinale. Ces 2 facteurs contribuent à la formation de diverticules et, par le fait même, à la diverticulose2. Une augmentation de la consommation de fibres pourrait stabiliser la situation, même s’il n’est pas encore prouvé que les fibres peuvent mener à la disparition des diverticules déjà formés.

    En plus de faciliter l’expulsion des selles, les fibres alimentaires améliorent l’équilibre de la flore intestinale.

    Attention : il ne faut pas augmenter trop rapidement son apport en fibres. L’apport moyen en fibres des Nord-Américains est de 15 g par jour, tandis que l'apport recommandé est de 21 g à 38 g pour les adultes. Pour la plupart des gens, il s'agit donc de doubler leur consommation de fibres, mais on recommande de ne pas ajouter plus que 5 g de fibres supplémentaires par semaine.

    Pour connaître, les apports recommandés, consulter notre Palmarès des nutriments Fibres alimentaires.

    Les meilleures sources de fibres

    Bien que certains aliments soient plus riches que d’autres en fibres, de façon générale, on peut dire que les aliments qui en contiennent sont les fruits, les légumes, les fruits à écales, les graines, les pains et autres produits céréaliers de grains entiers, ainsi que les légumineuses.

    Chaque portion de fruits et légumes fournit en moyenne 1,5 g de fibres, et chaque portion de pains et substituts à grains entiers, environ 2,5 g.

                                                  Aliments riches en fibres

    Légumineuses, cuites - 250 ml (1 tasse)

    15 g à 19 g

    Pomme de terre avec la pelure, cuite au four – 1 moyenne (150 g)

    4 g

    Céréales à déjeuner, 100 % son (de blé, de maïs) – 30 g (1 oz)

    10 g à 15 g

    Épinards, bouillis - 125 ml (1/2 tasse)

    4 g

    Artichaut, bouilli

    7 g

    Amandes, rôties dans l’huile ou à sec – 60 ml (1/4 tasse)

    4 g

    Framboises – 125 ml (1/2 tasse)

    4 g à 6 g

    Papaye - ½ papaye (153 g)

    3 g à 5 g

    Pruneaux séchés, cuits – 75 ml dénoyautés (80 g)

    5 g

    Pois verts, cuits – 125 ml (1/2 tasse)

    3 g à 4 g

    Poire, avec pelure - 1 petite (125 g)

    5 g

    Pomme, avec pelure – 1 moyenne (150 g)

    3 g

    Boulgour, cuit – 125 ml (1/2 tasse)

    4 g

    Courges d’hiver, cuites – 125 ml (1/2 tasse)

    3 g

    Mûres - 125 ml (1/2 tasse)

    4 g

    Spaghettis de blé entier, cuits – 125 ml (1/2 tasse)

    3 g

    Citrouille, en conserve - 125 ml (1/2 tasse)

    4 g

    Choux de Bruxelles, cuits – 4 choux (80 g)

    3 g

    Dattes ou figues, séchées - 60 ml (1/4 tasse)

    4 g

    Bleuets – 125 ml (1/2 tasse)

    2 g à 3 g

    Comment augmenter graduellement son apport en fibres?

     

    Attention. Quand on augmente son apport en fibres, il faut absolument boire davantage. Ce régime recommande d'ajouter de 1 litre à 1,5 litre de liquide par jour à ce que vous buvez habituellement.

     

    Première semaine

    Ajouter au menu quotidien une des options suivantes, chacune fournissant environ 5 g de fibres :

    • 1 fruit frais et ½ tasse de légumes
    • une portion de céréales à teneur élevée en fibres (le tableau de valeur nutritionnelle devrait indiquer 5 g ou 6 g de fibres par portion)
    • 1/3 tasse de son d’avoine cru (faire cuire ou ajouter tel quel dans un yogourt, une compote ou autre)
    • 2 c. à table de son de blé
    • 2 c. à table de graines de lin moulues
    • 1/3 tasse de pruneaux séchés
    • 2 tranches de pain de grains entiers (s'il n'y en a pas déjà à votre menu)
    • ½ tasse de légumineuses
    • ¼ tasse de fruits à écales et de graines
    • 1 tasse de pâtes alimentaires de blé entier
    • 1 tasse de riz brun cuit
    • 1 tasse de quinoa cuit
    • 1 muffin maison au son

    Deuxième semaine

    En plus de ce qui a été intégré au menu la première semaine, ajoutez une deuxième option à votre menu quotidien.

    Troisième semaine

    En complétant par l’ajout d’une nouvelle portion quotidienne de fibres, vous devriez atteindre l'objectif.

    Trucs pour augmenter sa consommation de fibres

    La pelure des fruits et des légumes peut être consommée par les personnes atteintes de diverticulose.

    • Remplacer les produits raffinés par du riz brun, des pâtes et du pain faits de céréales à grains entiers.
    • Consommer plus de fruits contenant des fibres : pommes et poires fraîches avec leur pelure, framboises et mûres, fruits séchés (pruneaux, abricots et dattes).
    • Choisir plus souvent des légumes riches en fibres : artichauts, petits pois, betteraves, carottes, brocoli, chou, choux de Bruxelles, maïs, navet, pommes de terre avec la pelure.
    • Manger plus souvent des légumineuses, excellentes sources de fibres alimentaires : haricots blancs ou rouges, lentilles, haricots de Lima, pois chiches.
    • Cuisiner de délicieux chilis composés de légumineuses et d'une variété de légumes. Ce mets contient beaucoup plus de fibres qu'un repas à la viande et aux pommes de terre.
    • En collation d’après-midi, choisir des céréales riches en fibres ou un muffin riche en fibres au lieu de prendre une barre chocolatée, des biscuits ou un muffin commercial.
    • Ajouter du son de blé ou d’avoine aux yogourts.

     

    En cas de diverticulose, faut-il éviter les fruits à écales et les petits grains?

     

     

    On a longtemps cru que les fruits à écales (noix) ainsi que les graines de certains fruits (kiwis, framboises, fraises, tomates) pouvaient se loger dans les diverticules et provoquer une inflammation. Cette hypothèse est maintenant rejetée. Il n'y aurait pas de danger à consommer ce type d'aliments. Sauf que, chez certaines personnes, les petits grains peuvent irriter l’intestin, mais sans causer de diverticulite. Il s’agit plutôt d’une question de tolérance individuelle.

     

     

    Dans une étude parue en 20083, les chercheurs n’ont pas trouvé d’association entre la consommation de noix, de maïs en grain et de maïs soufflé et l’incidence de saignements diverticulaires; ni entre le maïs et l’incidence de la diverticulite. Par contre, en cas de diverticulite diagnostiquée en phase aiguë, ces aliments doivent être mis de côté jusqu’à la rémission.

     

    Réduire les produits céréaliers raffinés

    Les produits céréaliers raffinés sont dépourvus de fibres. Ils ne facilitent donc pas l’évacuation des selles. Cela peut même créer, dans le gros intestin, une forte pression qui engendre la formation de diverticules à la paroi interne, notamment aux endroits où circulent les vaisseaux sanguins.

    Produits raffinés à éviter

    Pain blanc, riz blanc instantané, vermicelles de riz, céréales à déjeuner raffinées, bagel, croissant, gaufre, pommes de terre frites, croustilles (chips), pommes de terre en purée, pâte à pizza blanche, tortillas de farine blanche, muffins du commerce, pâtes de farine raffinée (spaghetti, macaroni, tortellini, etc.), couscous, tapioca, risotto, gnocchis.

    Heureusement, il est possible de trouver au supermarché la plupart de ces produits en version grains entiers. Choisir ceux dont le contenu en fibres est de plus de 2 g par portion.

    Boire suffisamment

    Une alimentation riche en fibres sans un apport suffisant en eau ne peut être efficace. En effet, les fibres exercent leur effet en se gorgeant d’eau. Consommer beaucoup de fibres, mais pas assez d'eau peut même aggraver la situation.

    Aux États-Unis, l'Institute of Medecine recommande les quantités suivantes :

    • Hommes : 3 litres
    • Femmes : 2,2 litres

    On peut consommer davantage d’eau, mais aussi des jus de fruits naturels, des tisanes non diurétiques, des bouillons, du lait et des boissons de soya.

    Manger moins de viande et de matières grasses

    La consommation excessive de matières grasses et de viande est associée à un plus grand risque de maladies diverticulaires4. Elle a aussi pour effet de ralentir le transit intestinal.

    On recommande donc de réduire sa consommation de beurre, de margarine, d'huile végétale et de mayonnaise. Il serait également souhaitable d’éviter de consommer des viandes grasses, la peau du poulet, les sauces riches, les fritures (dont la plupart des aliments des comptoirs de restauration rapide) et les fromages dont la teneur en gras est élevée.

    Consommer des probiotiques

    La prise de probiotiques (L. casei) en même temps que des anti-inflammatoires permettrait de diminuer la récurrence des symptômes de maladies diverticulaires5. Aussi, le probiotique VSL 3 a été associé à une augmentation du taux de rémission de la diverticulite6.

    Selon des études préliminaires, il semble que des changements dans la flore intestinale pourraient provoquer une petite inflammation qui nuirait au fonctionnement normal de l’intestin7. Une revue de la littérature scientifique parue en 2009 révèle que les probiotiques pourraient être efficaces dans le traitement de ce problème, mais des études aléatoires avec groupe placebo sont nécessaires avant de les recommander officiellement8.

    En prévention, on peut privilégier les aliments enrichis de probiotiques (yogourt, lait, fromage et certains jus) ou, mieux encore, se procurer des suppléments de probiotiques contenant surtout du L. casei (par exemple, du Bio-K).

    Faire régulièrement de l’activité physique

    La sédentarité nuit à la digestion. À l’inverse, en complément à une bonne alimentation, l’activité physique peut prévenir la formation de diverticules.

    Avoir de bonnes habitudes d’élimination

    L’envie d’aller à la selle, après un repas, survient entre autres grâce à un mécanisme réflexe qui provoque des ondes de contractions dans les intestins. Chez les personnes qui souffrent de constipation ou de diverticulose, ce réflexe est trop faible. Il faut donc le rééduquer. Par exemple, après le petit-déjeuner, aller aux toilettes et y rester quelques minutes, même si on n’en a pas envie. Répondre aussi le plus vite possible à son besoin d’aller à la selle lorsqu’il se manifeste.

    Bien mastiquer

    Une mastication adéquate facilite la digestion et réduit les gaz. On recommande de mâcher suffisamment longtemps pour transformer en bouillie les aliments, avant de les avaler.

    Recommandations générales (diverticulite)

    Ce régime se déroule en 5 étapes successives. À noter que le régime liquide strict, qui est la première étape, est en général suivi à l’hôpital.

    • Suivre un régime liquide strict ou recevoir de la nutrition parentérale (nutrition par voie veineuse).
    • Suivre un régime semi-liquide.
    • Suivre un régime restreint en fibres et en résidus.
    • Adopter un régime riche en fibres solubles et modéré en fibres insolubles.
    • Adopter la diète pour diverticulose, riche en fibres de tous types.

    Régime liquide strict

    En phase aiguë de diverticulite, la personne hospitalisée se fera prescrire un régime liquide strict ou de la nutrition parentérale (nutrition par voie veineuse) dans le but d’éliminer toute hausse de pression dans le gros intestin.

    Régime semi-liquide

    Par la suite, lorsque l’état du patient s’améliore, on recommande à court terme un régime semi-liquide.

    Régime restreint en fibres et en résidus

    Lorsque les symptômes aigus sont disparus, il faut recommencer très graduellement à consommer des fibres alimentaires afin de remettre l'intestin en mode de fonctionnement. La diète prescrite à ce moment est restreinte en fibres et en résidus (de 10 g à 20 g de fibres par jour). Elle doit être suivie pendant 2 à 3 semaines. Voici un aperçu de cette diète.

    Groupes d’aliments

    Aliments à privilégier

    Aliments à limiter

    Fruits :
    pas plus de 2 portions de 125 ml (1/2 tasse)

    Attention : retirer les graines, les membranes et les pelures

    En conserve : poires, pêches, mandarines, ananas

    Nature : banane (1/2), abricots, litchis, avocats, pommes, mangues, pamplemousses, tangerines, oranges, cerises, compote fine de fruits

    À volonté : jus de fruits coulés*, sauf celui de pruneaux

    Tous les fruits secs ou confits

    Les baies : bleuets, framboises, fraises, mûres, canneberges, etc.

    Pommes et poires avec pelure, melons, nèfle du Japon, kakis, pruneaux et prunes, nectarines, rhubarbe, kiwis, raisins

    Légumes : pas plus de 3 portions de 125 ml (1/2 tasse par jour)

    Retirer les graines, les membranes et les pelures

    Légumes cuits : pointes d’asperges, carotte, betterave, haricots verts ou jaunes, champignons, courges, courgettes, panais, pommes de terre, tomates sans pépins ni pelure

    Crus : Champignons, laitue tendre, endives, tomates, poivrons doux, jus de légumes

    Brocoli, chou-fleur, choux de Bruxelles, navet, maïs, céleri, céleri-rave, chou, choucroute, concombre, laitue, patate douce, petits pois, radis, épinards, rutabagas, luzerne, oignon

    Pains et substituts : pas plus de 6 portions par jour

    À base de farines raffinées blanches, sans noix ni graines

    Pain blanc, craquelins, biscotte, riz blanc, pâtes blanches, pita, bagel (sans graines de sésame et de pavot), couscous, chapelure, croûtons, pain doré, crêpe, gaufre, farine blanche

    Céréales raffinées : Corn Flakes, Special K, Corn Pop, gruau passé au tamis, Rice Krispies, crème de blé.

    À base de farine de blé entier ou de grains entiers, contenant des noix, graines ou fruits séchés

    Pain de blé entier, pains multigrains, riz brun ou sauvage, pâtes de blé entier, orge, millet, quinoa, sarrasin, avoine, épeautre, kamut, maïs entier, craquelin de blé entier ou aux graines de sésame, bagel graines de sésame et de pavot, crêpes de sarrasin ou de blé entier, boulgour, farine de blé entier, son de blé

    Céréales riches en fibres : All Bran, Bran Flakes, Raisin Bran, mueslix, granola, gruau, Grape Nuts, Shredded Wheat, céréales de son d’avoine, etc.

    Lait et substituts

    Selon la tolérance au lactose :

    lait, yogourt nature, crème, crème sure, boissons lactées, fromage, boissons de soya, boisson de riz, yogourt de soya, pouding de soya

    Yogourt aux fruits ou aux noix

    Viandes et substituts

    Viande maigre, tendre ou attendrie

    Volaille, poisson, fruits de mer, oeuf, tofu

    Viande coriace

    Légumineuses : pois, lentilles, fèves

    Hoummos, végépâté

    Noix et graines

    Beurre d’arachide, beurre de noix

    Autres

    Desserts faits de farine blanche sans noix, graines et fruits, tapioca, pouding au riz (sans raisins secs)

    Bouillons, soupes, crème de légumes, faits avec aliments à privilégier

    Aromates et condiments

    Tous les sucres et les gras en quantité modérée

    Thé, café de céréales, tisanes (non laxatives), chocolat (sans noix ni graines)

    Fécule de maïs, gélatine, levure chimique, bicarbonate de soude

    Vérifier la tolérance au café, à l’alcool et aux épices

    Confiture, marmelade, cornichons, noix de coco, maïs soufflé

    Muffins au son et raisins

    Muffins aux noix

    *Les jus de fruits coulés sont des jus dont toutes la pulpe et les fibres ont été retirées. La plupart des jus sur le marché sont coulés, à l'exception du jus d'orange avec pulpe et des smooties.

     

    Régime riche en fibres solubles et modéré en fibres insolubles

    Priorité aux végétaux
    Règle générale, les végétaux renferment des fibres alimentaires solubles et insolubles, avec une dominance pour ces dernières. Quelques-uns seulement contiennent des fibres solubles en bonne quantité.

    Pour prévenir une autre crise de diverticulite, il est essentiel de réintroduire une grande quantité de fibres dans l'alimentation. C'est un passage un peu compliqué. De nombreuses personnes sont embêtées par les choix à faire. Elles craignent aussi de souffrir d’une autre crise de diverticulite. Résultat : elles se contentent de continuer à suivre la diète faible en fibres et en résidus.

    Voici des renseignements nécessaires pour entreprendre cette étape importante.

    Réintroduction des fibres solubles

    Quelles sont-elles?
    La pectine, la gomme et les mucilages sont des fibres solubles. Le psyllium est l’un des rares végétaux à contenir essentiellement des fibres solubles. L’avoine et l’orge en contiennent aussi. Ce type de fibres aide à prévenir la constipation en absorbant l’eau et en créant un gel dans les intestins. Il aide aussi à contrôler la glycémie et à abaisser le taux de cholestérol.

    La réintroduction des fibres dans l'alimentation doit se faire doucement, échelonnée sur une période d’environ 1 mois.

    Après un épisode de diverticulite, un excès de fibres insolubles est généralement mal toléré. Il faut donc privilégier les aliments riches en fibres solubles dans un premier temps. Il est important d’obtenir de 6 g à 8 g de fibres solubles par jour.

    Les fibres solubles créent une forme de gel dans l’intestin et favorisent l’équilibre de la flore intestinale. Elles permettent même de réduire les récidives de diverticulites6. À noter qu’elles sont aussi moins laxatives que les fibres insolubles.

    Voici un tableau des aliments riches en fibres solubles. Pour la durée de cette étape, ajouter chaque jour à votre régime quotidien un nouvel aliment de chaque groupe afin d’atteindre l’apport de 6 g à 8 g de fibres solubles.

    Sources alimentaires de fibres solubles

    Portions

    Pains et substituts (un à deux choix par jour)

     

    Avoine cuite (gruau)

    160 ml ou 2/3 tasse

    Céréales d’avoine (Cheerios)

    310 ml ou 1 ¼ tasse

    Pain de son d’avoine (sans blé entier)

    1 tranche

    Orge perlé cuit

    250 ml ou 1 tasse

    Quinoa cuit

    250 ml ou 1 tasse

    Crêpe de sarrasin

    1 crêpe

    Pain de seigle pâle

    1 tranche

    Pain sarrasin noir (pumpernickel)

    1 tranche

    Son d’avoine, céréale chaude

    125 ml ou ½ tasse

    Légumes (un choix par jour)

     

    Navet cuit

    ½ tasse

    Asperges cuites

    ½ tasse

    Brocoli cuit

    ½ tasse

    Choux de Bruxelles cuits

    ½ tasse

    Haricots verts cuits

    ½ tasse

    Oignon cuit

    ½ tasse

    Patates douces cuites

    1/3 tasse

    Artichaut cuit

    ½ tasse

    Fruits (un choix par jour)

     

    Abricots

    Secs : 7 demies
    Frais : 4 entiers avec peau

    Mangue

    ½ petite

    Orange

    1 petite

    Pamplemousse

    ½ moyen

    Pêche

    1 moyenne avec peau

    Poire

    1 petite avec peau

    Pomme

    1 petite

    Supplément de fibres solubles :
    une fois par jour (très important)

     

    Psyllium (Métamucil ou autre)

    De 1 c. à thé à 1 c. à table avec 1 tasse à 1 ½ tasse d’eau

     

    Réintroduction limitée des fibres insolubles

    Quelles sont-elles?
    La cellulose, l’hémicellulose et la lignine sont des fibres insolubles. Elles préviennent la constipation en absorbant beaucoup d’eau, ce qui stimule les contractions de l’intestin.

    À cette étape, il est préférable de modérer la consommation des aliments suivants, qui contiennent une bonne quantité de fibres insolubles : blé entier, son de blé, pain de blé entier, pain multigrains, pain aux graines de lin, pâtes de blé entier, boulgour, céréales multigrains, céréales All Bran, céréales au son, maïs entier, riz brun, épeautre, laitue, épinards, aubergine, poivron, pois verts, pois mange-tout, céleri, échalote, concombre, chou, chou-fleur, germination, raisin, cerise, ananas frais, rhubarbe, datte, prune, bleuets, framboises, mûres, canneberges, graines de lin entières ou moulues, noix et graines entières, légumineuses.


  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :