•  

     

    Drapeaux en berne à Nice, le 16 juillet.

    La violence aveugle a encore frappé en France, à Nice. Tant de victimes qui n’ont eu qu’un tort, se trouver au mauvais endroit au mauvais moment. Alors que l’enquête ne fait que débuter, qu’aucune explication crédible n’est démontrée, le bal des vautours médiatiques et politiques s’est ouvert en grande pompe.

    J’ai tenu cinq minutes devant une chaîne d’information en continu.

    Des pseudos experts se bousculaient déjà à l’antenne alors que je décelais une excitation malsaine de la part des journalistes en plateau. Lors de la finale de l’Euro de football, les 30 secondes de publicité à la mi-temps coûtaient 260 000 euros. Pour les terroristes, la publicité est gratuite, elle est offerte par les médias et la classe politique. Le Président de la République a qualifié l’acte de terrorisme islamique quelques heures après le drame et plus de trente heures avant les premiers éléments sur la « radicalisation très rapide » de l’auteur de l’attentat dévoilés par son ministre de l’intérieur. Est-ce la sérénité que l’on est en droit d’attendre d’un chef d’Etat ? C’est le temps de la compassion pour les victimes avant tout. Répandre la peur, c’est le boulot des terroristes, pas des hommes d’Etat ni des médias.

    La peur est devenue un business

    Sur les plateaux s’empilent les supputations, se succèdent les experts de la guerre et de la peur alors que le monde a cruellement besoin d’experts de la paix. Les témoignages diffusés à l’antenne ainsi que les images confinent bien plus au voyeurisme qu’au devoir d’informer. Ce n’est plus de l’information, c’est de la mise en scène. Dans de telles circonstances, le devoir d’informer impliquerait de reléguer au second plan l’obsession de l’audimat. Il faut croire que les terroristes savent mieux profiter de nos faiblesses que nous des leurs.

    Lire aussi : L’opération « Barkhane », un « permis de tuer au Sahel »

    La peur est devenue un formidable business. Les médias s’en donnent à cœur joie, les experts fleurissent, les politiques se prennent pour des chefs de guerre. L’hystérie a gagné notre République. Pas un homme ou une femme politique pour penser le monde différemment.

    Affleurent à chaque propos la loi du Talion, la loi de l’instinct animal, celui de la vengeance. Gandhi disait qu’à appliquer la loi de l’œil pour œil, l’humanité finira aveugle. Elle l’est devenue. Nous n’offrons plus que la guerre comme réponse. La même réponse que les terroristes.

    Combattre le terrorisme par l’éducation

    Le moine bouddhiste vietnamien Thich Nhat Hanh, dans son remarquable livre Apaiser l’esprit face à la violence, nous montre la voie : « les racines du terrorisme sont l’incompréhension, la peur, la colère et la haine, et les militaires ne peuvent pas les repérer. Les missiles et les bombes ne peuvent pas les atteindre et encore moins les détruire ». Lorsque la Pakistanaise Malala, prix de Nobel de la Paix à 17 ans et rescapée des Taliban, a rencontré Barack Obama, elle lui a dit une chose : arrêtez de combattre le terrorisme par la guerre et faites-le par l’éducation et l’instruction.

    Lire aussi : « Monsieur le Président, vous êtes tombé dans le piège ! »

    Nous autres Occidentaux prétendons diffuser des valeurs universelles au monde mais la réalité est que nous avons une culture de la guerre profondément ancrée en nous. C’est la réflexion que je me suis faite lors du défilé du 14 juillet. 80 % du défilé est consacré à la guerre. Le 14 juillet est la fête de la nation. Si les forces armées méritent la reconnaissance de notre pays, elles ne peuvent pas à elles seules le symboliser. Pourquoi, en plus des sapeurs-pompiers, policiers et gendarmes, ne pas faire défiler des médecins, des professeurs, des infirmiers et infirmières, des assistantes sociales, des éboueurs, des jeunes, des personnes en situation de handicap et j’en passe ?

    Je vous épargne aussi le côté totalement monarchique de la mise en scène dudit défilé, François Hollande étant le seul dans la tribune à avoir un fauteuil quand tous les autres officiels n’ont droit qu’à une chaise…

    Quels efforts pour la paix ?

    Repenser notre rapport au monde, voilà l’urgence. Mandela rappelait que les oppresseurs et les opprimés avaient un point commun : ils étaient tous privés de leur humanité. Les victimes et les terroristes sont dans le même cas. Il est vrai que regarder le monde ainsi nécessite de l’audace, beaucoup d’audace. Quand on a pour seul cap les sondages et l’audimat, alors la démagogie et le sensationnel paraissent de bien meilleurs alliés. Cette hystérie médiatico-politique diffuse la peur dans tout le pays. On peut se demander dans quelle mesure cette hystérie ne contribue pas non plus au passage à l’acte. Il serait utile de faire une pause après de tels événements pour que les médias et les politiques réfléchissent à leurs actions et discours comme antidotes à la violence. Aujourd’hui ils ne sont pas un remède mais une formidable caisse de résonance surfant sur les émotions.

    Lire aussi : En Afrique, la France déçoit

    Si la riposte sécuritaire est incontestablement une partie de la réponse, elle ne peut pas être mise en scène ainsi ni promue comme le cœur de l’action politique. C’est d’abord ignorer les leçons d’Afghanistan, d’Irak et de Syrie, mais ce n’est surtout pas digne de la vieille Europe qui par la voix de Dominique de Villepin en 2003 rappelait à la tribune des Nations Unies que si « l’option de la guerre peut apparaître a priori la plus rapide, n’oublions pas qu’après avoir gagné la guerre il faut construire la paix ».

    La France a envoyé 5 000 soldats au Mali pour faire la guerre et combien de personnes pour faire la paix ? Une seule, un diplomate de renfort à l’ambassade de France… On est capable de consacrer des milliards à la guerre, des années d’opérations militaires à travers le monde mais sommes-nous capables de ces mêmes efforts pour la paix ? Il est vrai que construire la paix nécessite discrétion, humilité, persévérance et tolérance. Des qualités que je cherche toujours au sein de la classe politique française.

    Laurent Bigot est un ancien diplomate français devenu consultant indépendant.


    2 commentaires

  •  

    PARIS 1er : PYRAMIDE - SAINT HONORE - RIVOLI - CHÂTELET

    • Fête de la Musique 2016 chez Colette 
      Ce mardi 21 juin, pour la Fête de la Musique 2016, Colette s’associe à Tidal et vous propose une journée musicale exclusive et gratuite à ne pas manquer. Au programme ? Cassius, Jacques ou encore L'Impératrice.
       
    • Fête de la Musique 2016 : Le Bal Rouge Flower by Kenzo
      Kenzo Parfums créé la surprise et lance le mardi 21 juin 2016, sur la Place Dauphine, à l’occasion de la 35ème Fête de la Musique, le Bal Rouge Flower by Kenzo. Au menu ? ARP, The Pirouettes ou encore Anoraak.
    • Fête de la Musique 2016 au Musée de l’Orangerie
      Cette année, le Musée de l’Orangerie accueille, le mardi 21 juin, pour la fête de la musique 2016, une création originale intitulée "Apollinaire solstice".

       
    • Fête de la Musique 2016 au Sunset Sunside
      BD Session « Concert dessiné » au Sunside et hommage aux légendes américaines du jazz vocal au Sunside : c’est le programme que vous propose de vivre le Sunset Sunside ce mardi 21 juin 2016 pour la 35ème Fête de la Musique.


    • Fête de la musique 2016 : une semaine de musique au Jardin du Palais Royal
      Pour la Fête de la Musique 2016, le Ministère de la Culture invite chanteurs et musiciens à se produire au Jardin du Palais Royal. Cette année, parce que la musique est plus forte que tout, la fête de la musique dure une semaine, du dimanche 19 au vendredi 24 juin 2016.

       

    PARIS 3e : LES ARCHIVES - TEMPLE

    PARIS 4e : LE MARAIS

    PARIS 5e : PANTHEON -JUSSIEU

    • Fête de la musique 2016 au Centre Culturel Irlandais
      Comme chaque 21 juin, le Centre Culturel Irlandais a décidé de célébrer la Fête de la Musique comme il se doit! Cette année, le lieu accueille une fois de plus plusieurs groupes et musiciens traduisant toute la richesse de la scène musicale irlandaise. Au programme ? Aldoc et Bell X1.


    PARIS 6e : SAINT GERMAIN-DES-PRES


    PARIS 7e : INVALIDES - CHAMP DE MARS

    • Nuit Boréale aux Invalides
      Rendez-vous aux Invalides, le mardi 21 juin, à l'occasion de l'édition 2016 de la Fête de la Musique. Au programme ? Une Nuit Boréale unique et musicale où plusieurs talents Canadiens défileront sur la scène éphémère installée pour l'occasion sur l'esplanade.

       
    • Fête de la Musique 2016 au Musée d'Orsay
      Le Musée d'Orsay célèbre aussi la Fête de la Musique et invite l’Orchestre de la Garde Républicaine pour un concert gratuit à ne pas manquer dans la nef du Musée, le mardi 21 juin 2016.

       
    • Fête de la Musique 2016 à l'Assemblée Nationale
      Le Bal taquin vous attend à l'Assemblée nationale, le mardi 21 juin 2016, à l'occasion de la 35ème Fête de la Musique.

       
    • Les armées fêtent la musique 2016 sur la Seine
      Nouveauté cette année, les armées fêtent la musique sur la Seine. Rendez-vous ce mardi 21 juin 2016, à partir de 18h, sur deux bateaux-mouches de l'île de la Cité à la Tour Eiffel, pour vivre cet évènement musical original!

       
    • Le Faust fête la musique 2016
      Même si le beau temps n’est pas vraiment de la partie, le Faust a décidé de rouvrir sa terrasse ce mardi 21 juin 2016 et de célébrer pour l’occasion la 35ème Fête de la Musique.

       

    PARIS 8e : MADELEINE - CHAMPS-ELYSEES

    • Fête de la Musique 2016 au Petit Palais
      Le Petit Palais célèbre aussi la Fête de la Musique et s'associe pour l'occasion à l'association "Jeunes Talents" pour des concerts gratuits à ne pas manquer au sein de l'auditorium du Musée, le mardi 21 juin 2016 de 14h00 à 17h00.

       
    • Fête de la Musique 2016 à L'Atelier Renault
      Une Electroswing Party, ça vous dit ? Alors direction L'Atelier Renault, sur les Champs-Elysées, qui vous ouvre ses portes, le mardi 21 juin 2016, à l'occasion de la 35ème Fête de la Musique!

       

    PARIS 10e : CANAL SAINT MARTIN - MAGENTA


    PARIS 11e : REPUBLIQUE - BASTILLE

    PARIS 12e : BERCY - PORTE DOREE

    PARIS 13e : PORT DE LA GARE - BIBLIOTHEQUE


    PARIS 14e : DENFERT-ROCHEREAU - MONTPARNASSE

    Notez que le concert Ricard S.A Live Music, programmé sur la Place Denfert-Rochereau, chaque année pour la Fête de la Musique, n'aura finalement pas lieu ce 21 juin 2016... En effet, après une étude du dispositif de sécurisation nécessaire au bon déroulement de cet événement, il a été décidé que ce concert devait être annulé, au regard de la mobilisation importante des forces de sécurité intérieure pour la protection des stades et des fan zones ainsi que pour leurs autres missions.

    PARIS 15e : MAIRIE DU 15e - GRENELLE

    PARIS 16e : MAISON DE LA RADIO

    • Fête de la Musique 2016 à la Maison de la Radio
      Le mardi 21 juin 2016, le Philhar' fête la musique et vous donne rendez-vous à l’Auditorium de la Maison de la Radio pour un concert de l’Orchestre Philharmonique de Radio France.


    • Fête de la musique 2016 au musée Guimet
      Le musée Guimet célèbre aussi la Fête de la Musique ce 21 juin 2016. Au programme, une soirée musicale aux couleurs de l’Asie avec les ensembles Zeppin et KosmoZ. Un véritable voyage pour les oreilles et pour les yeux.

    PARIS 18e : MONTMARTRE - GOUTTE D'OR


    PARIS 19e : LA VILLETTE

    • Fête de la Musique 2016 à la Philharmonie de Paris
      A l’occasion de la Fête de la Musique 2016, la Philharmonie de Paris vous propose, le mardi 21 juin, dès 19h, un concert vocal interprété par le Chœur de l’Orchestre de Paris.

       
    • Fête de la Musique 2016 : Play Me I’m yours au Parc de La Villette
      Afin d’inaugurer la nouvelle et cinquième édition parisienne de Play Me, I’m Yours, l’évènement s'installe au Parc de La Villette, sur la Pelouse du Triangle, le mardi 21 juin 2016, à l’occasion de la 35ème Fête de la musique et vous propose une très belle programmation musicale!

       

    PARIS 20E : PERE-LACHAISE


    votre commentaire
  •  

     

    Classement du Village préféré des Français : voici qui succède à Ploumanac'h.

    Résultats hier mardi 7 juin de la nouvelle édition du programme Le village préféré des Français.

    L'occasion pour Stéphane Bern de nous emmener, dès 20h55 sur France 2, sur les routes de France, à la découverte de 13 (réforme des régions oblige) nouveaux villages magnifiques et de leurs habitants. Patrimoine, gastronomie, artisanat, activités et convivialité seront mis à l'honneur, avec une formule renouvellée et toujours plus de belles images.

    Un moyen idéal pour trouver des idées de destinations à quelques semaines des grandes vacances.

    A l'issue de son voyage, Stéphane Bern a fait découvrir EN DIRECT le village gagnant.

    Du 17 mai au 3 juin, les téléspectateurs de France 2, les auditeurs de RTL et les lecteurs de Version Femina ont voté sur France2.fr /village Cette année, France 2 et Morgane Production ont demandé à un comité d'experts du voyage et du patrimoine de participer à la sélection des villages en amont de l'émission. Autour de Stéphane Bern : Sophie Jovillard (globe trotteuse pour l'émission Échappées Belles), Gérard Klein (comédien et animateur), Pierre Bonte (journaliste), Dominique Roger (rédacteur en chef du magazine Détours en france) et Franck Ferrand (journaliste et historien).

    La sélection 2016 :

    Arbois / Franche-Comté-Bourgogne

    Candes-Saint-Martin / Centre-Val de Loire

    Courances / Ile de France

    Gordes / Provence-Alpes-Côte d'Azur

    L'Île de Behuard / Pays de Loire

    Montreuil-sur-Mer / Hauts de France

    Nonza / Corse

    Plombières-les-Bains / Grand Est

    Rocamadour / Languedoc-Roussillon-Midi Pyrénées

    Rochefort-en-terre / Bretagne

    Sare / Aquitaine-Limousin-Poitou Charentes

    Varengeville-sur-Mer / Normandie

    Vogüé / Auvergne-Rhône-Alpes

    Le classement des 5 premiers villages

    1.ROCHEFORT-EN-TERRE (Bretagne)

    2.MONTREUIL-SUR-MER (Hauts de France)

    3.ROCAMADOUR (Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées)

    4.ARBOIS (Bourgogne-Franche-Comté)

    5.VOGÜÉ (Auvergne-Rhône-Alpes)


    votre commentaire
    • vous avez tout dit vous vous indigner ,je suis depuis de nombreuse années une personne qui me battait pour dire  on a fait une grosse bêtise de sortir le pétrole  du milieu de la terre et de construire des voitures individuelle utilisé des pesticide a tout va de prendre plusieurs douche par jour la liste serais longue et surtout d avoir abandonner l artisanat pour l industrie et bien aujourd 'huis on paye le mal qui a étais fait et qui continue pour servir les richesses d 'un petit nombre de personnes , notre planète ne supportera pas notre aire on est juste au début de la fin .

    1 commentaire
  • Les intempéries ont des conséquences sérieuses ce mardi. Les fortes pluies qui ont provoqué d'importants dégâts sur le Nord et le Centre de la France se décalaient vers le sud mardi après-midi.

     

     

     

     

     

     


     
    A proximité d'Orléans (Loiret), mardi. Une voiture circule sur une route inondée.

    A proximité d'Orléans (Loiret), mardi. Une voiture circule sur une route inondée.

    AFP/Guillaume Souvant

     

     

     

     

     

    En Essonne de nombreuses routes sont coupées.

     

    Depuis la mi-journée, le département du Loiret est placé en vigilance rouge aux inondations en raison de la hauteur exceptionnelle du Loing, un affluent de la Seine. A 16h00, deux départements étaient en vigilance orange inondations : la Seine-et-Marne et le Loir-et-Cher selon Meteo France.

     

    Les difficultés, notamment de circulation, sont nombreuses dans les départements où perdure une alerte météo. 

     

     

     

     

     

    20h42. Dans l'Yonne, 46 routes coupées, 69 inondées. La préfecture prévient qu'il y a des risques de légers débordements sur les quais à Auxerre ce soir. 

     

     


    votre commentaire



    Suivre le flux RSS des articles
    Suivre le flux RSS des commentaires